Statue-de-la-Liberte-Marylin

On doit s'interroger sur le statut de la Liberté.

De façon permanente, voire immanente après l'épisode navrant survenu récemment

Facebook a retiré une publicité pour une pièce de théâtre au motif qu'elle est de "nature sensible".

J'ignorais que Mark Zuckerberg était émotif à ce point là.

Mais, mettons fin aux rumeurs et taggons les faits sur le mur virtuel de la Vérité.   

 

Jocelyn Fiorina est metteur en scène à Paris.

Sa pièce,"Coup de feu à Saint Roch", relate la mystérieuse rencontre entre Edgar Poe et Alexandre Dumas, pendant les 3 Glorieuses* (1830).

Pour illustrer son propos, Jocelyn convoque Delacroix et lui emprunte le visuel de La Liberté guidant le peuple

Il partage son affiche publicitaire sur Facebook. Au bout d'un 1/4 d'heure, le réseau prend la liberté de la retirer.

Le géant de la toile n'a pas vraiment liké celle de Delacroix.

En cause : une poitrine de femme qui s'offre aux regards des internautes. Jocelyn tombe des nues !

Coup de feu à Saint Roch

Et oui, victime de sa frénésie militante pour faire de son réseau social un territoire vierge de toute référence sexuelle, Facebook a emasculé le contenu ô combien salace de ce statut.

Pour FB, vérifier des milliers de contenus relève Delacroix et la bannière. Sa vision peu romanesque de l'utilisation de la plateforme n'arrange rien. Le code de conduite est inoxydable et y'a pas intérêt à mordre la ligne jaune, sinon vous mordrez la poussière…

"Nous n'autorisons pas les publicités avec de la nudité même si cela n'est pas d'ordre sexuel. Cela inclut la nudité à des fins artistiques ou …éducatives". De profundis ! 

J'en déduis que le David de Michel-Ange, la Vénus de Milo ou la Sirène de Copenhague n'ont pas le profil idoine pour figurer sur Facebook.

 

David

VENUS DE MILO

Mais pour le Delacroix, l'offense est d'une autre nature. Avec ce tableau on dépasse le cadre de la peinture. 

Confondre le symbole de la Liberté française avec un vulgaire poster de la playmate du mois !! On tutoie l'incident diplomatique ! Emmanuel devra sermonner Donald pour cette Facebourde.

Cela dit, la censure s'est déjà abattue sur ce tableau. Peint par Delacroix au moment de la révolution de 1830, l'oeuvre était d'une nature si subversive à l'époque, que le régime politique en place le cacha au public pendant 20 ans. La peinture fut ensuite exposée au Musée du Luxembourg (1863) avant de rejoindre le Louvre (1874).

Concernant Facebook, ce n'est pas le premier incident du genre.

Ses modérateurs se sont distingués en expulsant du réseau une vieille femme de 30 000 ans, la Venus de Willemdorf, un chef d'oeuvre du paléolithique. Ivres de modération, ils auraient aussi sanctionner un internaute pour la mise en ligne de l'Origine du Monde de Courbet. Gustave, pas Julien. 

Quand on devient plus censeur que censé, c'est qu'il y a un problème.

De nature candide, je crois à leur bonne foi, même si la menace d'un puritanisme outrancier reste toujours une possibilité. Je conseille donc à Mark d' inscrire ses modérateurs aux cours du soir de l'Ecole du Louvre. Juste pour assimilier les bases au lieu de les piétiner. A ce propos, chers modérateurs, le tableau d'Eugène vous attend au Louvre dans l'Aile Denon. C'est au 1er étage, vous pouvez prendre l'acenseur…    

Qu'en conclure ?

1) La banalité consternante de certains statuts offense davantage mes sens qu'une Femme dévêtue exaltant la Liberté d'expression.   

2) Si FB veut brandir son drapeau d'entreprise citoyenne dans l'hexagone, il serait opportun de respecter les symboles des citoyens en question. 

Certes, Facebook a présenté ses excuses. Mon voisin aussi quand il a fêté son anniversaire samedi dernier. Depuis, il a recommencé …  

 

 

* insurrection populaire des 27, 28 et 29 juillet 1830.

La Colonne de Juillet fut élévée sur la place de la Bastille pour commémorer cet événement.