Alexas Fotos - Creative commons

1947, l'Europe adopte le plan Marshall* pour mieux se relever.

2015, la Chine lance un plan martial. Pour mieux rester assis.

Quid ? Un plan martial de nature militaire ?

Que nenni. Il s'attaque à un espace plus pacifique et plus exigue : les toilettes publiques.

Mettons fins aux rumeurs et taggons les faits sur la grande muraille de la Vérité.

1,4 milliard d'habitants, grand comme 20 fois la France : la gouvernance en Chine, contrairement à la démocratie, n'est pas un vain mot.

Le subtil équilibre entre le yin et le yang s'invite partout dans le quotidien du Peuple, y compris dans les endroits les plus intimes, voire inhospitaliers… 

Depuis 2015, la Chine poursuit avec frénésie ses opposants mais surtout son plan "révolution WC".  

Jusque là les instances du parti s'en lavaient les mains. Mais le destin touristique prometteur du pays a tout changé. Désormais 4e destination mondiale, la Chine doit brosser les touristes dans le sens du poil. Le sujet sensible des toilettes mérite donc qu'on se penche dessus.

L'Empire du milieu a déposé 2 milliards de $ sur la cuvette pour hisser les WC publics vers le standard international.

70 000 ont déjà été construits. 64 000 devraient l'être d'ici 2020.

Total

2 mds c'est une somme !  Ce pot commun doit améliorer le confort du voyageur pour cette destination particulière. Cet investissement doit aussi stimuler le civisme du pékin moyen. En effet, le constat du touriste est sans appel : les toilettes sont peu récurés et les vols, récurrents.

D'où une mesure spectaculaire : le rationnement du papier. 

Pour la Chine, à l'origine de son invention, cela correspond sans doute à un besoin naturel.

Fallait-il pour autant transformer le petit coin en résidence surveillée ? Pas sûr, mais on ne se refait pas … 

Pour appliquer leur business plan, les membres du Comité de Salubrité Public se sont mus en samuraille de la propreté.

Mais en version Orwellienne. Désormais l'obtention des rouleaux de printemps est soumis à autorisation préalable.

Pekin_Le_temple_du_Ciel_GNU FDL

C'est le cas dans les lieux d'aisance du célèbre Temple du Ciel de Pékin. Peu importe l'urgence, l'accès au Nirvana se fait avec méthode.

Le candidat doit fixer durant 3 secondes un logiciel de reconnaissance faciale pour obtenir précisément 60 cm de papier.

C'est moins volumineux que le dossier des Panama Papers mais ça peut suffire, à moins que … 

Vous souhaitez recommencer la manoeuvre ?  "Votre temps d'attente est de 9 mns" précise une voix plus synthétique qu'empathique.

Soit le temps de faire un ravissant origami en forme de Lotus mais… vous n'avez plus de papier.

Et oui, dans la société numérique chinoise, le digital ne remplace pas le papier mais il le délivre.

Cette reconnaissance fessiale livre déjà des résultats encourageants : 20 % d'économie en quelques semaines. Le début d'une Longue Marche, elle aussi riche de promesses.

Au final, la Chine fait coup double : elle soulage ses visiteurs et son bilan carbone. 

Et comme au pays du petit livre rouge, il vaut mieux être dans les petits papiers du régime, nul doute que cette mesure sera efficace.

Après la quantité, quelle sera la prochaine étape du plan?  La qualité du papier, bien sûr !

Fabriqué sur la Route de la Soie ?

 

 

credit photo © GNU General Documentation Licence

credit photo © Alexis Fotos - Creative Commons

Opignons © Copyright 2014 - 2018

Tous droits réservés